Pas un été sans capucine


Jardin, Nature / jeudi, avril 28th, 2016

Quelques grands classiques sont au rendez-vous tous les ans, la capucine est invariablement de ceux-là.

Capucine : c’est le Pérou !

On ne va se fâcher avec personne, mais dès qu’il s’agit d’horticulture, les Hollandais ont un peu tendance à tirer la couverture à eux. C’est ainsi que pendant des siècles, et encore aujourd’hui, traîne une fausse idée, qui indique qu’ils sont à l’origine de l’introduction de la capucine en Europe. Or, cette petite plante grimpante fut ramenée par les Espagnols, car la plante voit son origine du côté du Pérou. On oublia les premières graines semées dans un jardin de Cologne, en 1580, par le botaniste Dodoëns pour ne se souvenir que de celles cultivées près de Leyde, en Hollande, en 1684 par le Comte de Beverning.

Pour le jardinage des enfants

Il reste que la capucine est d’une très grande facilité de culture. Un pot de fleur, quelques graines semées en avril-mai, et c’est tout un été fleuri de tons chauds. Pour les balcons, les terrasses, les suspensions et les bordures basses, om cultive amoureusement les variétés naines, Tom Pouce’, ‘Impératrice des Indes’, ‘Tip Top’, ‘Alaska’… Pour la conduite en tapissante, en grimpante ou en retombante, on préfère les capucines à grand développement comme les hybrides de Lobb. Et comme la capucine est vraiment sympa avec le jardinier, on en plante dans le potager, pas seulement pour faire joli mais surtout pour protéger les plantes potagères des pucerons et des aleurodes.

La capucine en cuisine

On le sait trop peu, la capucine est une des plantes fleuries comestibles. Le goût de ses feuilles rappelle celui des feuilles du cresson des fontaines, en dépit de sa forte odeur aillée, et les pétales de ses fleurs ont une saveur nettement poivrée, il est conseillé d’en parsemer sur les salades et les crudités. Les graines ont un temps été embarquées sur les navires pour lutter contre le scorbut, car elles sont riches en vitamine C. Enfin, toujours dans la rubrique culinaire mais cette fois du côté des escrocs, les boutons floraux ont de tout temps été vendus comme la principale contrefaçon des câpres. Par ailleurs, il existe une catégorie de câpres, tout à fait officielle, nommée capucine, mais ce sont bien des boutons floraux du câprier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *